Les allergies au pollen

La pollinisation

La pollinisation est le mode de reproduction privilégié des plantes. Il s’agit du processus de transport d’un grain de pollen depuis l’étamine (organe mâle) vers sa rencontre avec les organes femelles de la même espèce : c’est la fécondation.

Si le transport du pollen est réalisé par les animaux (insectes essentiellement) la plante est dite entomophile et arbore une fleur souvent séduisante, de couleur vive.

Si le transport s’effectue par le vent, la pollinisation est bien plus aléatoire, la plante, dite anémophile, dépense beaucoup d’énergie à produire de grandes quantités de pollens et n’a pas de jolis appâts.

– – – – – – – – – – – – –

Tous les pollens sont-ils allergisants ?

Non. Pour qu’un pollen soit allergisant, il doit être léger, abondant dans la région, transporté par le vent, anémophile. Les pollens des arbres à chatons et des graminées sont anémophiles et donc très allergisants.

D’après le Dr Jacques ROBERT, Pédiatre allergologue, dans « la pollinose ou les troubles provoqués par les pollens

– – – – – – – – – – – – –

L’allergie

Sandrine LEFEBVRE et Benoit CHARLEScharles.benoit@free.fr

L’allergie est due à une réactivité anormale du système immunitaire au contact de substances, habituellement inoffensives, présentes dans l’environnement, comme, par exemple, les pollens, les acariens, les poils de chats ou certains aliments.

Ces substances responsables de l’allergie sont appelées des allergènes. Elles peuvent entrainer des réactions quand elles sont respirées, avalées ou mises en contact avec la peau chez les personnes qui y sont allergiques.

Le mécanisme de la réaction allergique comporte 2 étapes :

La phase de sensibilisation qui correspond au premier contact de l’organisme avec un allergène. Le système immunitaire le reconnait alors comme substance étrangère et fabrique des anticorps de type allergique nécessaires à son élimination. Lors de cette phase, le sujet ne présente pas de symptômes (phase silencieuse ou muette).

La phase allergique quand le sujet entre à nouveau en contact avec l’allergène, provoquant alors les symptômes de la rhinite et/ou de la conjonctivite allergique.

L’inhalation de pollens pendant la période de pollinisation peut provoquer des manifestations allergiques. Quand la réaction allergique affecte le nez, on parle de rhinite allergique pollinique ; quand elle affecte les yeux et le nez, on parle de rhino-conjonctivite allergique pollinique.

– – – – – – – – – – – – –

Les différents pollens (images RNSA)

– – – – – – – – – – – – –

Que faire en cas d’allergie

Vous présentez un ou plusieurs des symptômes suivants ?

– crises d’éternuement,

– nez qui gratte, parfois bouché ou qui coule clair,

– yeux rouges, qui démangent ou qui larmoient,

– en association éventuelle avec une respiration sifflante ou une toux.

En cas de gêne répétitive et saisonnière liée à ces symptômes et dans un contexte de fatigue inhabituelle, vous souffrez peut être d’une allergie aux pollens.

L’allergie peut bénéficier de mesures de prévention et de soins. Pour cela demandez conseil à votre pharmacien/ consultez votre médecin.

Des informations sur les plantes allergisantes, les émissions de pollens, les périodes et les régions concernées, sont disponibles sur ce site et sur les sites suivants :

du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) ;

de l’Association pollinariums sentinelles de France (APSF) ;

de l’Association agréée de surveillance de la qualité de l’air de votre région.

– – – – – – – – – – – – –

Pollen et changement climatique

D’après RNSA 2019

Le changement climatique se manifeste par une élévation des températures moyennes, par un allongement des périodes chaudes et par une modification du régime des précipitations avec davantage d’événements extrêmes, pluies diluviennes ou longues sécheresses. Or, la pollinisation est directement liée à la température et aux précipitations. Mais tout dépend des espèces considérées. Pour les arbres à chatons et la plupart des plantes vivaces, un climat plus chaud entraîne une forte hausse des quantités de pollen émises. L’inverse a été observé pour les graminées avec, presque partout, une diminution des concentrations de pollen dans l’air.

Quelques conseils pratiques

– – – – – – – – – – – – –

Les partenaires du pollinarium
Les financeurs de la signalétique et du site Internet (2020)
Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :