La Flouve odorante

Risque allergique 5

Floraison de mars à juin, rarement en juillet

Les épis sont verdâtres puis jaunes à maturité.

Les épillets sont groupés sur des rameaux très courts et forment un épi cylindrique assez peu serré. Les fleurs sont stamino-pistillées à deux glumelles membraneuses sans poils ni arête.

Une seule fleur est fertile. Elle est entourée de deux fleurs stériles. Les deux fleurs avortées sont réduites à deux glumelles très velues et munies d’arêtes.

Les 2 étamines sont typiquement en forme d’X et les fleurs femelles de longs plumeaux blancs.

Surveiller l’émission en temps réel sur Alerte pollens.org

– – – – – – – – – – – – –

Carte d'identité

– – – – – – – – – – – – –

Caractéristiques botaniques

Plante vivace gazonnante, en touffes (cespiteuse) de 15 à 60 cm de haut. Les tiges souterraines donnent naissances à des bourgeons qui perpétuent la plante.

Longues feuilles à limbe allongé et aigu. Le limbe de la feuille supérieure est court.

La gaine est bordée de cils à son sommet et surmontée d’une longue languette.

La préfoliaison est enroulée.

La plante en images

– – – – – – – – – – – – –

Ecologie de la flouve odorante

Anthoxanthum odoratum se plait au sein des prairies sèches, fauchées et pâturées (habitat 35 : prairies siliceuses sèches), les landes à Callune (habitat 31.2 : landes sèches), les chemins, les lisières forestières et les forêts ouvertes acidiphiles : Habitat 41.5 : chênaies acidiphiles.

– – – – – – – – – – – – –

Utilisations et propriétés

La flouve odorante est une plante fourragère peu productive, assez précoce, qui n’est plus cultivée en raison de sa faible productivité. En revanche, elle est très présente dans les prairies permanentes. La flouve donne au foin une odeur agréable. Toute la plante contient de la coumarine à la dessiccation qui lui donne son odeur de vanille, d’où son utilisation pour aromatiser les tisanes. Attention, moisie, elle contient du dicoumarol, une antivitamine K pouvant provoquer de graves hémorragies.

Son nom scientifique provient du grec anthos (« fleur ») et xanthos (« jaune »), par allusion à ses fleurs jaunes après la floraison. Le termes « odoratum » fait référence à son odeur de coumarine après dessiccation.

La plante échappe aux impacts de la sécheresse grâce à sa précocité.

– – – – – – – – – – – – –

Les partenaires du pollinarium
Les financeurs de la signalétique et du site Internet (2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :